Qui sommes-nous ?

Bienvenue sur la parcelle du 154 route de Malagnou à Chênes-Bougeries (Genève/Suisse). Qui sont les habitant.e.s de la maison et pouquoi défraient-ils/elles la chronique dans une saga qui les opposent à l’Etat de Genève?

Voici une petite explication. Un chronologie détaillée des épisodes de cette véritable saga peut-être téléchargée ici.

Tout à commencé par l’occupation d’une maison vide

En mars 2012, un collectif de personnes mal-logées a occupé le 154 rte Malagnou, station de zoologie de l’Université de Genève qui était desaffectée et laissée à l’abandon depuis plusieurs années par les pouvoirs publics, dans une ville où sévit la spéculation immobilière et une pénurie criante du logement.

Le manque de logement étudiant, un élément parmis d’autres de la pénurie globale est une question sensible pour l’Université. Elle accepte donc de conclure un contrat de confiance avec les occupant.e.s. Ces dernières vont fonder l’association Xénope qui gère aujourd’hui encore le bâtiment afin de loger des personnes en formation.

2012-2013: les Malagnou Kids aménagent

Il s’en est suivi un peu moins de 18 mois de foisonnement pour réhabiliter l’ancienne station de zoologie en logements tout en créant des ateliers collectifs, un jardin-potager, une bibliothèque de lutte et nombreuses autres activités incroyables (voir la liste des travaux effectués dans la maison). Plus généralement des espaces de rencontres et de vie sont rendus possibles par l’action collective et autogestionnaire dans une ville connue pour son austérité et son écrasement récent du mouvement squat.

Au-delà des logements pour personnes en formation, un collectif plus large est né de personnes qui fréquentent la maison comme lieu de vie. Ce collectif sera nommé en rigolant par les habitant.e.s « Malagnou Kids On The Block (MKOTB) ». Comme souvent, la blague est restée, bien qu’on abrège souvent par flemme en disant simplement « Malagnou ».

L’énergie de la parcelle est décuplée par la présence de la maison voisine « La Tortue », qui héberge également des personnes en formation dans l’ancienne station de chimie. Les deux collectifs fonctionnent sur une base d’échange et de solidarité. A la différence des Malagnou Kids qui ont leur propre structure associative (Xénope), la  Tortue est gérée par la Coopérative de logement personnes en formation La Cigüe.

2013: L’Etat propriétaire veut expulser deux maisons collectives

L’État de Genève a par la suite racheté la parcelle à l’Université de Genève dans le cadre d’un méga projet d’aménagement qui doit avoir lieu dans le secteur pavillonaire où se trouvent MKOTB (Xénope) et la Tortue (La Cigüe).

En 2013, la première décision de l’Etat, représenté par l’Office des bâtiments (OBA) est d’exiger le départ des MKOTB (association Xénope) ainsi que de « La Tortue » (La Cigüe). Aucun projet ne vera le jour avant plusieurs années, mais l’Etat veut pouvoir spéculer en paix en laissant vide le maisons dont il juge les collectifs « incontrôlables ». Divers arguments tous aussi fallacieux les uns que les autres sont mis en avant pour évacuer les maisons collectives: plaintes du voisinage, non-conformité aux normes d’hygiènes etc.

Suite à une mobilisation qui recoltera de larges soutiens pour dénoncer l’absurdité de laisser deux maisons vides, l’Etat signe finalement un contrat de bail avec l’association Xénope et la Cigüe échéant à la fin 2016 en attendant le développement du projet de densification immobilière prévu sur la parcelle Vous trouverez des échos de cette lutte passée sous notre rubrique « archives 2013« .

Trois années de bail et un projet collectif qui s’inscrit dans la durée

De 2014 à 2016, l’association Xénope a pu poursuivre son projet d’habitat collectif et de lieu de vie. Les ateliers se développent et les MKOTB évoluent et s’adaptent aux normes qui leurs sont imposées tout en gardant un fonctionnement autogéré et horizontal (égalité entre tous les membres, prises de décisions communes etc). La maison de Malagnou devient aussi un lieu de rencontre et suit les luttes politiques locales. Par ailleurs,les relations diplomatiques avec l’Etat se passent bien, à tel point qu’en juin 2016, l’Office des Bâtiment (OBA) annonçe le prochain renouvellement du bail Tortue (La Cigüe) que pour MKOTB (association Xénope), jusqu’en 2020. En effet, tant l’association Xénope que la Cigüe ont respecté scupuleusement leurs contrats et le projet de densification urbaine est totalement bloqué et ne verra pas le jour avant l’horizon 2022.

2016-2017: l’Etat contre-attaque

Cependant, si tout se déroule comme convenu pour la Tortue (La Cigüe), le Conseil d’État (gouvernement du Canton de Genève) intervient et prend la décision politique de mettre fin au projet des MKOTB: le bail de l’association Xénope ne sera pas renouvellé, malgré les assurances des fonctionnaires de l’OBA. Le message est claire. Le Conseil d’Etat n’a pas avalé la mobilisation victorieuse de 2013 et les services de renseignement de sa police lui désignent la parcelle comme un lieu d’organisation politique.

N’ayant cependant rien de tangible à reprocher à l’association Xénope, l’Etat sait qu’il ne peut pas simplement expulser MKOTB et laisser la maison vide. Les autorités prétendent alors que la maison doit être attribuée à l’Hospice Général (institution chargée de l’aide sociale à Genève), soi-disant pour y loger des requérant.e.s d’asile.

Le Conseil d’État et l’Hospice instrumentalisent la précarité des requérant.e.s d’asile pour attaquer un projet collectif. Un exemple démontre qu’il s’agit bien d’un prétexte: interpellé par des membres du collectif, le Conseiller d’État Serge Dal Busco (ministre en charge du dossier) invoque l’absence de bâtiments disponibles pour l’hébergement d’exilé.e.s au sein du parc immobilier de l’État et dit au collectif que s’il y avait d’autres bâtiments disponibles, leur bail serait renouvellé. Or, lors d’une recherche rapide, les Malagnou Kids ont trouvé plusieurs emplacements, propriétés de l’État de Genève, permettant de loger des requérant.e.s d’asile. L’Etat refuse toujours de renouveller le bail de Xénope et Dal Busco nie avoir tenu les propos devant les membres du collectif.

Action des MKOTB devant une des maisons vides de l’Etat (janvier 2017)

L’association Xénope, qui détient le bail du 154 route de Malagnou, exerce actuellement ses droits de locataire en justice pour requérir une conciliation. L’Etat refuse cependant toute discussion. En lieu et place, c’est la police qui harcèle depuis quelques mois les occupant.e.s : des arrestations et contrôles individuels ont eu lieu ainsi qu’une perquisition, dans le but d’intimider le collectif.

Mais les Malagnou Kids ne se laisseront pas faire! Les Kids gagnent tous les jours des soutiens, non-seulement pour conserver les logements pour personnes en formation mais aussi pour défendre des lieux d’organisation et de vie collective qui manquent tellement à Genève.

Malagnou restera,

défendons-nous!

Share
Share on FacebookTweet about this on TwitterEmail this to someone